EDITORIAL

De l’avenir subi au devenir voulu

N'oubliez pas de partager ce post

L’année prochaine, nous allons célébrer les 60 ans de l’accession à l’indépendance de l’essentiel des pays africains. Déjà un peu partout, des comités d’organisation s’activent pour « fêter » cet évènement.

Pourtant, s’il est important de ne pas oublier les jalons essentiels qui ont marqué l’accession de nos pays à l’indépendance, il est pour le moins inapproprié de parler de célébration.

Qu’avons-nous fait en soixante ans qui mérite une célébration ?

L’essentiel des indicateurs économiques sont au rouge pour la plupart des pays africains : paupérisation de la population, faiblesse du tissu économique, insignifiance de la participation aux échanges mondiaux, avec moins de 1% du PIB mondial, 1% du Commerce international et 1% des investissements directs étrangers. L’Afrique en est réduite à être un sujet subissant plus qu’un acteur géopolitique qui compte dans les décisions qui gouvernent le monde. Dans ce sombre tableau, seuls quelques pays sortent un peu du lot.

Véritable scandale quand on connaît nos dotations factorielles et la qualité des ressources humaines dont regorge le continent. Alors, c’est vrai que le développement ne se résume pas à la croissance économique, mais celle-ci en est tout de même une condition nécessaire pour apporter de la dignité à nos populations de se nourrir convenablement, se loger décemment et éduquer et soigner nos enfants.

On ne dira jamais assez combien la cupidité, l’égoïsme et l’incompétence de nos «élites» annihilent les espoirs des populations, poussant de plus en plus la jeunesse à se « suicider » dans la Méditerranée à la recherche d’un eldorado aussi incertain qu’inaccessible.

Des mouvements citoyens responsables et pacifiques se mobilisent partout pour refuser cette fatalité et tracer les voies d’un devenir voulu et échapper à un avenir subi, écrit d’avance.

En cette fin d’année, toute l’équipe d’African Business Journal se joint à moi pour vous souhaiter une très belle année 2020, de bonne santé, d’épanouissement personnel et professionnel.

A luta continua.

N'oubliez pas de partager ce post