AFRICAN JOURNALTOURISME ET HÔTELLERIE

Hôtellerie: L’Égypte, pays le plus attractif en Afrique

N'oubliez pas de partager ce post

L’Égypte, le Nigéria et le Maroc sont les pays africains les plus attractifs dans le développement hôtelier en 2019, selon l’étude annuelle du cabinet nigérian W Hospitality Group.

Les détails de l’étude seront publiés lors du Forum de l’investissement hôtelier africain qui se déroulera du 23 au 25 septembre 2019 à Addis-Abeba, mais les premières données phares révélées par W Hospitality Group donnent une idée sur les grandes tendances du secteur en Afrique. L’Égypte, pour la deuxième année consécutive, compte le plus grand nombre de projets hôteliers avec 150 000 chambres, soit plus de cinquante chambres en développement. Deux fois plus que le Nigéria, deuxième du classement. Le pays des pharaons maintient son leadership grâce notamment aux importants investissements du groupe français AccorHotels qui prévoit d’y construire plus de 6300 chambres. Sans oublier la présence du suédois Radisson Hotel Group.

Dakar et Abidjan, leaders en Afrique de l’Ouest
Le Maroc enregistre une belle progression en récupérant la troisième place naguère occupée par l’Éthiopie grâce à une augmentation du nombre de chambres de 17% par rapport à 2018, avec à la clé une quinzaine de projets, soit plus de 2400 chambres, signés en 2018 avec notamment le groupe Onomo, actionnaire majoritaire du groupe marocain Cantor Hotels, spécialisé dans l’hôtellerie d’affaires milieu de gamme. L’Éthiopie reste tout de même un géant dans le secteur hôtelier continental avec une trentaine de projets d’hôtels signés en 2018 avec les multinationales Accor et Hilton. Sa capitale Addis-Abeba compte à elle seule près de 85% des chambres actuellement en développement dans le pays. Toutefois, « le risque d’excédent de l’offre est faible, car il est peu probable que tous les deals aboutissent à des ouvertures d’hôtels », souligne Trevor Ward, directeur général de W Hospitality Group.

Plus de 400 hôtels en développement sur le continent
Le Kenya, l’Algérie, le Cap-Vert, le Sénégal, la Tunisie et l’Afrique du Sud complètent le Top 10. D’après l’étude, près de 70% des projets hôteliers se concentrent dans ce pays. Il n’empêche, des pics d’activité sont notés ailleurs. À Niamey par exemple, « où il n’y a actuellement pas d’établissements de marque internationale d’ouvert » mais qui abrite « pas moins de cinq hôtels en développement », précise Trevor Ward. En Afrique de l’Ouest, Dakar et Abidjan sortent du lot et figurent dans le Top 10 des villes africaines les plus attrayantes pour les promoteurs hôteliers avec respectivement 2200 et 1870 chambres en développement.
Au total, plus d’une centaine d’hôtels de chaînes internationales ou régionales sont ouverts et plus de 75 000 chambres, soit plus de 400 hôtels, sont actuellement en cours de développement en Afrique, selon le cabinet nigérian. Une légère baisse de 1,5% par rapport à 2018, après que les grandes chaînes hôtelières ont retiré 74 projets considérant que « les deals qui les sous-tendaient, bien que signés, n’aboutiraient pas », indique Trevor Ward. D’après lui, les groupes Marriott et Accor sont les plus dynamiques en Afrique en termes de croissance avec respectivement 16 900 et 13 500 chambres, devant Hilton et Radisson.

Par Babacar Seck

N'oubliez pas de partager ce post

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.