GRAND ANGLE

Innovation: Quand les banques africaines se réinventent…

N'oubliez pas de partager ce post

Conscientes du succès des fintech, des banques et des institutions africaines ont lancé des fonds et concours pour les financer et réinventer leurs modèles économiques. Et surtout, ne pas se déconnecter de la réalité.

Innover ou disparaitre. Telle semble être la devise de plusieurs banques et entreprises africaines pour ne pas être trop submergées par la révolution orchestrée par les fintech. Beaucoup d’entre elles ont mis en place des fonds pour financer ces startups ou lancé des concours d’open innovation, en partenariat avec des incubateurs ou accélérateurs Tech, pour inciter de jeunes entrepreneurs à proposer des solutions pour améliorer leurs services.
La Banque africaine de développement (BAD), par exemple, a décidé d’injecter 7,5 millions d’euros dans le « Fonds Africa Tech Ventures » pour financer des startups qui proposent des technologies innovantes dans le secteur des services financiers, l’éducation, la logistique, l’énergie, la santé, l’agriculture et les biens de consommation. Un projet qui entre dans le cadre du programme Boost Africa lancé conjointement avec la Banque européenne d’investissement (BEI) pour renforcer l’entrepreneuriat et l’innovation en Afrique.

Se réinventer pour ne pas se déconnecter
Ecobank a initié, depuis 2017, son concours «Ecobank Fintech Challenge», qui cible les startups qui proposent les meilleures solutions de paiement mobile pour l’Afrique. La startup tanzanienne Nala a remporté la première place (10 000 dollars) lors de l’édition 2018 (devant 11 startups), grâce à sa technologie financière (disponible aussi en offline) qui permet d’élargir l’accès aux services financiers en Afrique de l’Est, en particulier dans les zones rurales. L’application comptait déjà plus de 40 000 utilisateurs en Tanzanie. Au Maroc, les groupes Banque Centrale Populaire (BCP) et Attijariwafa Bank ont respectivement lancé le «BCP Fintech Challenge» et le concours d’open innovation « Smart Up » en partenariat avec l’accélérateur marocain de startups Screendy.
Des institutions régionales, à l’image de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), ne sont pas en reste. Celle-ci a annoncé, début juillet 2019, le lancement de la 2e édition de son concours « BRVM Fintech Innovation Challenge », un concours destiné aux jeunes âgés de 18 à 40 ans et aux startups établies dans l’espace Uemoa qui proposent des solutions pouvant intégrer le laboratoire des technologies numériques de l’institution, la «BRVM Fintech Lab ».

Par B. Sakho

N'oubliez pas de partager ce post