L’Afrique de 2060 se construit aujourd’hui

«Demain  l’Afrique-Tomorrow Africa» est un think tank panafricain à vocation politique, économique et social, pour une citoyenneté de transformation en Afrique, renseigne son Directeur exécutif, Elimane Haby Kane, qui avance que le think tank «Demain l’Afrique-Tomorrow Africa» est une réponse à la question historique et interpellatrice du Professeur Joseph Ki-Zerbo: A quand l’Afrique? La mise sur pied du think tank «Demain l’Afrique-Tomorrow Africa» est la résultante selon ses initiateurs, des fruits du Symposium international sur le cinquantenaire des indépendances africaines, tenu en Novembre 2010 à Cotonou (Bénin) et des Journées Africaines de Refondation de la Gouvernance en Afrique, initiées par l’Alliance pour la Refondation de la Gouvernance en Afrique (ARGA), qui s’étaient tenues à Praia en Juillet 2012. Cette industrie d’idées plaide pour une refondation politique, une reconstruction sociale, une régénération culturelle et un progrès économique en Afrique. Tout simplement, un moment de transformation sous le double angle de changement en profondeur des hommes et des institutions, dira Elimane Haby Kane, le Directeur exécutif du think tank «Demain l’AfriqueTomorrow Africa». A travers ses réflexions, analyses et actions qu’il compte mener au service des Etats, des Collectivités territoriales, des Institutions régionales et sousrégionales, des ONGs et des Entreprises en Afrique, le think tank «Demain l’Afrique-Tomorrow Africa», informe M.Kane, travaille autour de 2 pôles que sont: Ethique, Gouvernance et Solidarité d’une part et d’autre part, Stratégies et Politiques Publiques Endogènes, en Afrique. Financement par «fonds éthiques» Selon M. Kane, le NEPAD a été un programme ambitieux et révolutionnaire pour le développement en Afrique mais a péché dans sa stratégie de financement qui était encore basée sur les capitaux étrangers. Pour éviter ce qu’il qualifie d’«aide liée» ou «aide conditionnée», M.Kane renseigne que le think tank «Demain l’Afrique-Tomorrow Africa» lève des «fonds éthiques» qui en plus d’être légaux, ne sont pas générés par des exploitations ayant des conséquences néfastes sur les conditions de vie des populations africaines. M.Kane annonce que les sources de financement internes à l’Afrique seront privilégiées, voire exclusives, martèle le Directeur exécutif du think tank «Demain l’Afrique-Tomorrow Africa».

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

Guinée: des jeunes agripreneurs s’investissent dans le pays profond

De plus en plus de jeunes Guinéens se tournent vers la terre pour profiter des ...