AFRICAN MANAGEMENT

Le barrage «Grand Inga» peut fournir de l’électricité à toute l’Afrique

le-barrage-«grand-inga»-peut-fournir-de-l’electricite-a-toute-l’afrique
N'oubliez pas de partager ce post

C’est de la RDC que pourrait venir la meilleure solution au déficit énergétique qui plombe la croissance économique du continent. Sa riche hydrographie lui confère un potentiel hydroélectrique estimé à 106 000 MW, soit 37% du potentiel total du continent africain et près de 6% du potentiel mondial. Le site d’Inga représente à lui seul 44% de ce potentiel. La centrale Inga I a été mise en service en 1972, sa puissance installée est de 351 MW, avec une hauteur de chute de 50 mètres ; tandis que Inga II est opérationnel depuis 1982 avec une puissance installée de 1429 MW sur une hauteur de chute de 58 mètres.

Inga III, un débit de 6600 m3/s La réalisation de la centrale hydroélectrique Inga III, selon le gouvernement de la RDC, nécessite une enveloppe globale de 8 milliards USD. Selon l’étude de préfaisabilité que nous nous sommes procurés, la centrale aura une puissance installée de 4320 MW, soit deux fois plus que la puissance des centrales Inga I et Inga II réunies.

La hauteur de la chute sera de 70 mètres, les conduites d’amenées d’eaux auront 13 mètres de diamètre et une longueur de 6700 mètres, avec 16 tunnels. Son débit sera de 6600 m3 par seconde. Ainsi, Inga III permettra d’augmenter les exportations d’électricité jusqu’à 20 TWh, contre 2 TWh actuellement. Il pourrait générer des revenus annuels de plus d’1 milliard USD. Inga I et Inga II: 1,775 MW Deux centrales, Inga I et Inga II, sont déjà en place pour une capacité de production de 1,775 mégawatt (MW), mais ne fonctionnent pas à leur niveau optimal.

Pour ce faire, un projet Inga (une chute d’Inga sur le fleuve Congo dans l’ouest de la RDC et plus grand bassin hydrographique naturel au monde), barrage hydroélectrique dans la République démocratique du Congo (RDC), a le potentiel de changer radicalement la situation d’approvisionnement en énergie de l’Afrique centrale en particulier et de l’Afrique subsaharienne de manière générale, estime la Banque Africaine de Développement (BAD).

Le Grand Inga: 40000 MW La BAD indique qu’un consortium franco-canadien a démarré une étude pour un coût de 15 millions de dollars Us, pour la mise en place de deux projets : Inga III et le Grand Inga. Selon Reuters, l’usine d’Inga III pourrait avoir une capacité de production comprise entre 4300 et 5000 MW, tandis que le Grand Inga barrage pourrait générer jusqu’à 40.000 MW.

Il a été estimé que les pays aussi éloignés que l’Afrique du Sud, l’Egypte et même l’Europe, pourraient se ravitailler en électricité à partir des barrages d’Inga. «La décision de mettre sur pied les barrages de Inga III et le Grand Inga est entre les mains du gouvernement de la RDC sur la base des différents éléments techniques et financiers impliqués », dit Hela Cheikhrouhou, directeur de l’énergie, de l’environnement et du changement climatique à la ¢BAD.

N'oubliez pas de partager ce post