LE GRAND ENTRETIEN

«Nous fournissons un financement catalytique»


Mamadou BITEYE OBE, Directeur général du Bureau régional Afrique de la Fondation Rockefeller.

La Fondation Rockefeller développe, depuis plusieurs années, de nombreuses initiatives dans les domaines de l’emploi des jeunes, de la santé, de la philanthropie, de l’agriculture et de la sécurité alimentaire en Afrique. Dans ce grand entretien accordé à African Business Journal, Mamadou Bitèye OBE Directeur général du Bureau régional Afrique de la fondation aborde ces différents axes ainsi que la croissance inclusive et l’avènement de nouveaux acteurs dans l’aide publique au développement tels que les BRICS.

La Fondation Rockefeller a célébré son centenaire en 2013. Après plus de cent ans d’activité, a-t-elle réussi à «promouvoir le bien-être de l’Humanité», notamment en Afrique ?

Depuis près d’un siècle, la Fondation Rockefeller (Ndlr : FR) collabore avec des individus et des organisations en Afrique sur des questions de santé, de population, d’éducation, d’agriculture et d’opportunités économiques. Depuis 2000 seulement, la FR a financé plus de 1 000 subventions en Afrique pour plus de 300 millions de dollars. Parmi nos travaux les plus remarquables des dernières décennies, citons le Partenariat pour l’enseignement supérieur en Afrique, HARITA, AGRA, Digital Jobs Africa, Initiative de prévention de la transmission du VIH/SIDA de la mère à l’enfant, 100 villes résilientes. Nous sommes convaincus que notre travail a été opportun et significatif et qu’il a définitivement amélioré les conditions de vie, en particulier de ceux qui sont pauvres et vulnérables. Le centenaire a été un moment remarquable pour refléter non seulement notre voyage en Afrique et dans le monde en aidant les gens et en construisant des institutions, mais aussi pour nous projeter dans le prochain siècle pour faire un travail encore plus significatif.

En 2014, en collaboration avec la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission des Nations unies pour l’Afrique (CEA), vous avez créé un fonds de 500 000 USD pour promouvoir les économies inclusives en Afrique. Peut-on connaître les résultats après quatre années de mise en œuvre ?
Au cours des années qui ont suivi, nous nous sommes plutôt concentrés sur l’établissement du réseau Leadership for Agriculture (Ndlr : L4Ag). La Fondation, en collaboration avec la Commission de l’Union africaine (Ndlr : CUA) et le FIDA, a lancé, en 2015, un réseau réunissant les ministres des Finances et de l’Agriculture de l’Afrique pour diriger et réfléchir stratégiquement sur la façon de transformer et dynamiser le secteur agricole africain et de le positionner comme un contributeur majeur à la croissance économique, à travers le continent, et par conséquent de renforcer la sécurité alimentaire. La BAD et le secrétariat de L4Ag, dont elle coordonne actuellement ses activités, contribuent également à la priorité du programme « Nourrir l’Afrique » de la Banque.

La croissance inclusive semble être l’un des axes principaux de vos activités. Comment la définissez-vous? Où en est l’Afrique aujourd’hui, selon vous?

Jusqu’en 2016, nous avons travaillé sur deux grands objectifs, l’un étant de renforcer la résilience, l’autre les économies inclusives, que nous avons défini comme « élargir les possibilités d’une prospérité plus largement partagée », en particulier pour ceux qui rencontrent les plus grands obstacles au bien-être. « Nous avons eu plusieurs initiatives dans le cadre de cet objectif, dont Digital Jobs Africa. L’Afrique est définitivement sur la bonne voie, même s’il reste encore du chemin à parcourir. Premièrement, nous devons tenir compte de nos perceptions divergentes de l’inclusivité, car elle se ramène à la qualité de la vie dans tous les secteurs, et pas seulement à la répartition de la richesse et aux indicateurs économiques. Cela signifie mettre davantage l’accent sur la valorisation des intrants et des résultats dans les systèmes actuels du marché et des entreprises qui sont pertinents pour les pauvres et les vulnérables.

La croissance inclusive n’est pas seulement une responsabilité des gouvernements et des institutions, mais nous devons tous travailler avec eux pour créer les bonnes politiques pour promouvoir l’inclusivité et innover sur les moyens d’y parvenir, par exemple en réaménageant les réglementations fiscales pour favoriser les pauvres. Nous avons besoin d’une révolution des compétences et du renforcement des capacités, pour tous les rôles au sein du système économique, afin que nous puissions répondre aux demandes et aux opportunités que mous apporteront les secteurs émergents dans les industries extractives. C’est une période de croissance transformatrice en Afrique, et nous sommes confrontés à de nombreuses opportunités. Nous avons besoin que nos gouvernements, nos entreprises et nos organisations de développement se réunissent non seulement pour accompagner cette vague de croissance, mais pour la diriger de manière à créer une Afrique meilleure et plus forte pour tous.
Au cours de la prochaine décennie, nous continuerons d’assurer les bases du bien-être humain en Afrique en mettant l’accent sur l’alimentation (nutrition), l’énergie (électrification du courant) et la santé.

L’agriculture occupe également une place prépondérante dans vos actions. Au Forum de Davos 2016, la Fondation a lancé l’initiative « YieldWise » de 130 millions de dollars pour réduire de moitié le gaspillage alimentaire et les pertes post-récolte en Afrique d’ici 2030. Quels sont les principaux axes de ce programme et les partenaires clés qui vous accompagnent dans ce projet?

YieldWise s’efforce de réduire les pertes après récolte tout en travaillant avec des acteurs privés, publics et à but non lucratif impliqués dans le système d’approvisionnement alimentaire. Cela a été le cas pour quatre chaînes de valeur : le manioc et la tomate (au Nigéria), la mangue (au Kenya) et le maïs (en Tanzanie). La perte et le gaspillage de nourriture sont un problème global, éliminant cela exige une solution globale qui regarde à travers le système alimentaire global pour identifier où les plus grandes pertes se produisent et fournir des incitations pour résoudre les problèmes à la racine. Avec de grandes multinationales comme The Coca-Cola Company et Dangote comme collaborateurs clés, l’initiative relie les petites et grandes entreprises qui peuvent bénéficier mutuellement de sources diversifiées de produits et de marchés améliorés.

YieldWise se concentre sur quatre grandes opportunités de transformation, à savoir aider les agriculteurs à accéder à des technologies et à des solutions pour réduire les pertes de récoltes évitables; fixer des maillons rompus dans la chaîne, des fermes aux marchés des communautés africaines; inciter les entreprises mondiales à rendre compte de la nourriture gaspillée dans leurs chaînes d’approvisionnement, au-delà de leurs propres usines et fermes; instaurer des modèles d’encouragement et des politiques gouvernementales qui stimulent la croissance économique mutuelle, telles que des politiques d’exportation modernes.
Au cours des deux premières années de l’initiative, nous avons obtenu des résultats impressionnants en travaillant avec nos partenaires d’exécution dans les trois pays (AGRA en Tanzanie, PYXERA Global au Nigéria et Techno Serve au Kenya). Ensemble, nous avons réuni plus de 113 000 agriculteurs, pour une formation en agronomie et pour vendre collectivement leurs produits, permettant un meilleur accès aux marchés, et donc un revenu plus élevé. Nous avons formé 115 000 agriculteurs à l’utilisation de technologies et de pratiques de pertes après récolte. Nous avons aidé à relier 106 000 agriculteurs avec des distributeurs d’intrants agricoles et des entreprises de fabrication de technologie qui peuvent fournir les outils dont ils ont besoin pour réduire les pertes.

En septembre 2017, un programme stratégique pour la transformation de l’agriculture en Afrique (280 millions USD) a été créé grâce à un partenariat entre la Fondation Rockefeller, la Fondation Bill & Melinda Gates, USAID et l’Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA). La transformation est-elle un moyen de lutter contre l’insécurité alimentaire qui touche pas moins de 224 millions de personnes sur le continent?

Le Programme stratégique pour la transformation de l’agriculture en Afrique (Ndlr : PIATA) vise à stimuler une transformation agricole inclusive en Afrique en commençant par 11 pays * au cours des cinq prochaines années, et en même temps augmenter les revenus et améliorer la sécurité alimentaire de 30 millions de ménages de petits exploitants agricoles. Les organisations partenaires tireront parti des ressources, des connaissances et des capacités des uns et des autres pour révolutionner la coordination des investissements agricoles en Afrique et au-delà. Pour parvenir à une transformation agricole inclusive, il faut lever les contraintes qui empêchent les gens, en particulier les jeunes et les femmes, de participer à des activités agricoles et non agricoles de grande valeur. Cela peut être fait en améliorant les partenariats pour impliquer le secteur privé, soutenir les innovations technologiques, le dialogue social et politique avec les jeunes et les femmes, les politiques au niveau macro visant l’inclusivité, sous la forme de réformes économiques aux niveaux national, panafricain et international, nécessaires pour promouvoir un climat d’investissement favorable à l’agro-industrie et accroître la fourniture de services financiers et une assistance financière.

Quelle est votre vision de l’agriculture africaine aujourd’hui en tant que diplômé et expert de l’industrie? Le non-respect des engagements de Maputo (allouer 10% des budgets nationaux à ce secteur) par plusieurs pays du continent n’est-il pas un handicap majeur pour le développement de ce secteur?

En effet, pour que l’agriculture puisse réaliser son potentiel en tant que principal moteur de la croissance du continent, nos gouvernements doivent prioriser le secteur de manière adéquate. Les dotations budgétaires actuelles sont insuffisantes et il est encore possible d’améliorer les politiques et les conditions pour permettre aux entreprises locales et étrangères d’investir davantage, d’adopter des approches et des technologies innovantes et de transformer l’agriculteur en homme d’affaires.
Il faudra une meilleure planification et exécution, ainsi qu’un engagement à long terme avec l’action. Cela fait partie de l’objectif de L4Ag (voir Q2), que nous avons établi, afin que les ministres de l’Agriculture et des Finances puissent dialoguer, partager les meilleures pratiques et effectuer les investissements nécessaires dans le secteur.

L’emploi reste un véritable casse-tête pour des millions de jeunes Africains. En 2013, vous avez lancé le programme «Digital Jobs Africa» qui ciblait 1 million de personnes dans 6 pays du continent. Avez-vous atteint les résultats attendus cinq ans plus tard?

Nous sommes très heureux de l’impact continu de cette initiative. Parmi nos réalisations, nous comptons plus de 150 000 personnes formées à l’employabilité et plus de 55 000 à des emplois. Cette initiative a également conduit à la mise en place de la Global Impact Sourcing Coalition (GISC), qui compte aujourd’hui plus de 40 entreprises mondiales qui recrutent des jeunes dans le cadre de la pratique d’embauche inclusive connue sous le nom d’Impact Sourcing. En mars de cette année, la GISC a lancé un défi qui a eu pour résultat d’augmenter le nombre de ses adhérents et, collectivement, les entreprises se sont engagées à embaucher plus de 100 000 travailleurs (jeunes) d’ici 2020. Cela signifie que des chômeurs de longue durée ou vivant en dessous du seuil de pauvreté dans les pays du monde (Afrique du Sud, Kenya, Inde, Europe du Sud-est et États-Unis) seront en mesure de réaliser leur potentiel sur l’autosuffisance pour soutenir leurs familles et leurs communautés. Dans le cadre du même défi, on a également lancé la première norme Impact Sourcing reconnue mondialement, qui définit les exigences minimales et les meilleures pratiques volontaires pour les fournisseurs de produits et de services commerciaux, afin de démontrer leur engagement en faveur de l’emploi inclusif. De plus, en octobre dernier, nous avons lancé la trousse de formation axée sur la demande, conçue pour aider les fournisseurs de formation, les établissements d’enseignement et de formation et les employeurs à résoudre le problème d’inadéquation entre les compétences des jeunes et les besoins des employeurs.

L’urbanisation galopante est l’un des défis majeurs du 21ème siècle avec son lot de pressions, en particulier en Afrique. Qu’en est-il du «Réseau des 100 villes résilientes» que vous avez lancé en 2013?

Les villes sont à l’avant-garde des défis et des opportunités du XXIe siècle. Plus de 50% de la population mondiale vit actuellement dans des villes, et ce chiffre devrait atteindre 70% d’ici 2050. L’Afrique devrait à elle seule s’urbaniser au rythme de 3,65% par an, ajoutant 1 milliard de résidents supplémentaires aux villes du continent d’ici 2063. En outre, 55% du PIB de l’Afrique provient des villes, mais les investissements dans les infrastructures critiques sont en retard par rapport aux autres régions. Nous considérons également que ces centres urbains sont plus vulnérables que jamais aux menaces liées au climat. Ces pressions globales affectent les individus et les systèmes au niveau local, dans les villes où ils vivent. Dans cet esprit, 100 Resilient Cities – Pionnier par la Fondation Rockefeller (100RC) a progressivement augmenté sa présence en Afrique depuis le lancement du programme en 2013. Le travail de 100RC dans la région est soutenu par une vision que 11 * villes africaines serviront de modèles pour une urbanisation inclusive, équitable et résiliente pour le reste du continent et au-delà.

Les investissements massifs de Fondations comme les vôtres et les transferts de la diaspora peuvent-ils être considérés comme de réelles alternatives à l’aide publique au développement pour permettre à l’Afrique d’atteindre les 17 Objectifs de développement durable (ODD)? Est-il sensé de créer un fonds de la diaspora?

Notre soutien ne peut pas être considéré comme une alternative, car ce que nous fournissons est un financement catalytique – c’est un capital de risque qui permet de tester des solutions, mais qui nécessite tout de même un financement supplémentaire pour mettre à l’échelle les solutions réussies. L’APD, les organisations philanthropiques et le secteur privé ont leur rôle à jouer, mais le défi consiste à trouver le meilleur moyen de combiner leurs ressources le plus efficacement possible. L’un des moyens est de mettre en place des mécanismes de financement innovants/ mixtes, qui permettent à toutes ces sources de bien travailler ensemble et, stratégiquement, d’obtenir un impact démesuré.

Peut-on connaître le montant total des investissements de la Fondation Rockefeller en Afrique à ce jour et les différents secteurs d’intervention? Quels sont les résultats dont vous êtes le plus fier?

La Fondation Rockefeller est présente en Afrique depuis environ 80 ans et investit principalement dans la santé, l’éducation, l’agriculture et la sécurité alimentaire. Je dirais que le plus important n’est pas de savoir combien d’argent a été investi, mais combien nous avons réussi à catalyser, et surtout quel impact nous avons eu avec nos partenaires. Les résultats dont nous sommes le plus fiers, c’est les 150 000 jeunes formés à l’employabilité, plus de 55 000 connectés à l’emploi grâce au programme Digital Jobs Africa, la mise en place de la Global Impact Sourcing Coalition (GISC), avec plus de 40 entreprises mondiales embauchant des jeunes, la mise en place de la première norme Impact Sourcing mondialement reconnue. De même que la trousse de formation axée sur la demande, conçue pour aider les fournisseurs de formation, les établissements d’enseignement et de formation et les employeurs à remédier à l’inadéquation globale entre les compétences des jeunes et les besoins des employeurs, afin de les rendre plus employables.

Le programme « YieldWise » nous a permis aussi de réunir, au cours des deux premières années de l’initiative, plus de 113 000 agriculteurs pour la formation en agronomie et pour vendre collectivement leurs produits, permettant un meilleur accès aux marchés, et donc un revenu plus élevé. Nous avons formé 115 000 agriculteurs à l’utilisation de technologies et de pratiques de pertes après récolte. Nous avons aidé 106 000 agriculteurs à établir des liens avec des négociants en produits agricoles et des entreprises de fabrication de technologies qui peuvent fournir les outils dont ils ont besoin pour réduire les pertes. 3 millions d’agriculteurs ont bénéficié de semences améliorées dans le cadre du programme « AGRA » entre 2006 et 2016, qui fonctionne maintenant sous une nouvelle stratégie.
Les petits exploitants soutenus ont, en moyenne, plus que doublé leurs rendements. La consommation des ménages a augmenté de 12,6 millions de tonnes (3,4 milliards de dollars) et l’excédent commercialisable a augmenté de 9,7 millions de tonnes (2 milliards de dollars). 3 millions d’hectares de terres épuisées ont été restaurées pour la production agricole et 9 906 groupes d’agriculteurs ont été formés pour devenir des PME productives.

Notre travail dans ces domaines n’a pas seulement porté sur les chiffres, mais aussi sur la nécessité de créer un sentiment d’urgence face aux défis auxquels l’Afrique est confrontée et de créer des plateformes grâce auxquelles les parties prenantes pourraient collaborer pour trouver et mettre en œuvre des solutions.
Les mêmes chiffres seraient insignifiants sans les changements de systèmes que nos partenariats ont créés, et les mêmes systèmes maintiendront l’impact et porteront les héritages de ce travail. C’est ce dont nous sommes le plus fiers.

Il y a l’émergence de nouveaux acteurs dans l’aide publique au développement, tels que les BRICS. Quelle est votre vision de ce groupe?

Ils augmentent mon optimisme sur le fait que l’Afrique recevra le soutien dont elle a besoin pour grandir et se développer. Les BRICS comprennent notre contexte, et ce n’est pas seulement une question d’argent, mais ils partagent aussi leur expérience, ce qui, à l’époque, est le plus précieux. Ils ont un rôle essentiel à jouer et j’ai hâte de voir leurs efforts porter leurs fruits.

Les opinions sont mitigées sur l’avenir de l’Afrique entre «l’afro-optimiste» et «l’afro-pessimiste». Quel est votre point de vue sur ce sujet?

Je suis définitivement afro-optimiste et j’appelle tout le monde à être positif sur ce continent. Tout ce qui fonctionne bien, c’est parce que nous l’avons bien fait. Tout ce qui est encore en retard, ce sera nous qui inaugurerons le changement que nous voulons voir. Nous ne pouvons pas le faire sans espoir et sans optimisme, afin que nous puissions tout canaliser dans l’action, et avec persévérance aussi. Nous ne devrions pas avoir de place pour le pessimisme, car il y a tellement de potentiel qui attend d’être exploité et transformé en action!

Le rôle croissant des Fondations sur les questions de souveraineté, telles que l’éducation ou la santé, reflète-t-il l’incapacité de l’État à prendre en charge les besoins fondamentaux de la population?

Nous devons comprendre que ce sont des problèmes qui sont un défi partout, pas seulement en Afrique. Même ainsi, nous devons réaliser qu’aucune entité ne peut remplacer l’État, dans n’importe quel contexte. Nous avons juste besoin de trouver de nouvelles façons de collaborer, de le faire efficacement et de nous compléter mutuellement. Ce que je veux dire, c’est que même si les gouvernements sont les premiers responsables, nous avons tous le droit moral et la responsabilité de nous entraider pour atteindre la totalité de nos droits fondamentaux.

Quels sont vos principaux programmes pour les trois prochaines années en Afrique?

Sous notre nouveau leadership, nous continuerons à garantir les principes fondamentaux du bien-être humain et, pour la prochaine décennie en Afrique, nous mettrons l’accent sur l’alimentation (nutrition), l’énergie (électrification) et la santé. Ceux-ci sont mis en branle et nous ferons des annonces, en temps voulu.

Réalisé par Elimane Sembène

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

LE GRAND ENTRETIEN

Mohamed Horani, PDG de HPS, dans ce grand entretien, dévoile les facteurs clés du succès ...