Actualités

L’école des Relations Humaines Des « sciences » de la gestion à « l’art » du management

lecole-des-relations-humaines-des-sciences-de-la-gestion-a-lart-du-management
N'oubliez pas de partager ce post

Une équipe de chercheurs de l’Université de Harvard, pilotée par Elton Mayo, avait avancé vers les années vingt, que les ouvriers produisent plus et mieux quand la hiérarchie s’intéresse à leurs conditions de travail dans l’atelier et à leurs conditions de vie hors de l’usine. Ce fut le début de la valorisation du capital humain dans le Management.

Le courant théorique le plus fécond et le plus controversé du XXe siècle, en matière de management aura été l’école des relations humaines. S’il est un homme qui a marqué cette « école », c’est bien Elton Mayo. Son nom est inséparable de ce qui est considéré comme le fait fondateur de la sociologie industrielle.

Le regard de Mayo sur le « facteur humain » au travail et sur l’approche psychologique des conflits sociaux, tranche avec le courant dominant. L’heure était au taylorisme et, le monde de l’industrie avait une vision très mécanique du travailleur: l’ouvrier de « première classe » devait se tuer à la tâche et s’exécuter sans réfléchir, les règles et méthodes définies par la hiérarchie. La seule motivation qu’on lui reconnaissait était son salaire.

Pour Mayo, cette conception ne correspond pas à la réalité du fonctionnement humain et, provoque des troubles physiques et psychologiques chez le salarié. Pour Mayo, l’ouvrier n’est pas une machine, comme avaient tendance à penser les tayloriens. Le groupe social compte au moins autant que la hiérarchie. La motivation n’est jamais seulement financière et que l’on gagne toujours à laisser aux travailleurs, une marge de liberté dans l’organisation de leur travail.

Toutes choses qui n’allaient pas de soi à la fin des années 1920. Par rapport à l’ambition de Taylor, de fonder une organisation »scientifique » du travail, Mayo aura permis de passer des  »sciences » de la gestion à « l’art » du management. Après Mayo, nombre de chercheurs poursuivront dans la même voie, depuis Abraham Maslow (la pyramide des motivations) en passant par Douglas McGregor (théorie X et théorie Y), Peters et Waterman (le Prix ¢de l’excellence).

N'oubliez pas de partager ce post